Nakhes (nom pluriel)

Publié le par Franck

Il ne serait pas exact de traduire ce mot par une expression telle que "les joies de la paternité ou de la maternité", car elle s'emploie généralement avec une certaine ironie. Les nakhes tiennent leur nom du mot hébreu nahat, "contentement", et désignent véritablement tous les plaisirs que les enfants apportent à leurs parents ! (D'après Les plus jolis mots du monde de Christopher Moore, chez Albin Michel).
Un exemple : aujourd'hui une de nos filles a profité de notre grasse matinée dominicale pour mettre de l'ordre dans sa chambre... Autrement dit : un bazar incommensurable avec du vrai pain, donc des miettes, dans tous les coins de sa petite cuisine et de sa chambre...
Vous avez très certainement dans votre quotidien, ou dans vos souvenirs des exemples de nakhes, alors à vos claviers et faites nous les partager...

Publié dans Histoire de Mots

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Bah moi je n'ai pas de n'enfant... Mais je l'ai été, fut un temps ! alors je vais vous conter une petite anecdote de mon cru... Nous devions être une 15e d'enfants ce jour là... Gourmands de gourmandises que nous n'avions pas sous la main... Qu'à cela ne tienne ! Nous avons tous pris nos plus belles aiguilles, ainsi que nos plus beaux fil, et nous nous sommes transformés en coeur, en une jolie fabrique de colliers et de bracelets en perles. Nous les avons ensuite "pesé" pour ainsi leur coller un joli prix ! et sommes en coeur parti les vendre, en n'hésitant pas une seconde,à 'annoncer à nos futurs acheteurs du village que nous les vendions pour les petits handicapés de la ville ! C'est que nous avions de la suite dans les idées vous comprenez... Mais il fallut qu'une bonne côpine de ma môman lui téléphonasse pour nous féliciter... Inutile de vous faire un dessin sur la suite des évènements, lors de notre retour... :-))
Répondre
F
Encore un très bel exemple ! Merci...
C
kikoo ! un exemple de chose qui j'aurais pu faire ?? voyons voir....Mes parents n'arrêtaient pas de dire que le papier peint du salon était moche... Etant une enfant un peu têtue, je finissais invariablement au coin pour réfléchir à mes bêtises...Et ben, pour me faire pardonner, je m'étais dit : je vais arracher le papier peint qui déplaisait tant à ma maman...comme ca, elle serait contente !Quand ils s'en sont aperçu, j'ai été quitte pour une bonne fessée.... et d'aller dans l'autre coin avec interdiction de toucher au papier peint, meme si il était moche !!Voilààààà !
Répondre
F
Ah voilà un très bel exemple de Nakhes ! Merci de ta contribution... Ici aussi, il arrive à nos filles d'aller au coin mais y a pas de papier peint... En revanche, dans ma tendre enfance, chez mes parents, le papier peint faisait un bel arrondi dans les coins, et mon petit plaisir de diablotin était de passer mon doigt pour fendre le dit papier... Je ne me suis jamais fait prendre et ma mère ne lit pas mon blogue, alors chut...
E
Moi aussi, c'est un peu loin; il faut attendre que ça revienne!
Répondre
F
Tout de même pas déjà atteinte d'Alzheimer tout de même ?
M
Ça, c'est une belle idée. Je vais y réfléchir - même si nos enfants ont passé l'âge de nous faire des belles surprises de ce genre (en fait, ils sont à l'âge où ils pourraient nous faire la surprise de nous transformer en grands-parents ) - (oups, ça ne me rajeunit pas, je le sais, mais bon) - il doit y avoir dans mes souvenirs quelques instants qu'on pourrait qualifier de Nakhes. Je reviendrai sans doute...
Répondre
F
Je compte sur vous, vraiment ! Je ne doute de vos expériences truculentes...